Le 30 octobre avait lieu à Montréal le défilé de la nouvelle collection audacieuse de MARKANTOINE (la marque). Jeune designer engagé et bouillonnant d’idées et de projets, MARKANTOINE (le créateur) a choisi de s’associer avec Vidéotron et Huawei pour cet événement auquel de nombreux influenceurs-vedettes étaient présents. Avec lui, nous revenons sur l’origine de son projet, ses influences, et la place qu’il donne à Montréal et au Québec dans son travail.

Peux-tu nous présenter MARKANTOINE et ce qui fait l’ADN de la marque?
MARKANTOINE prend vie dans une trame narrative où mes créations sont mises en scène à travers des histoires envoûtantes ou des présentations visuelles inusitées en collaboration avec des artistes locaux. J’essaie de mettre principalement l’accent sur l’aspect local et écoresponsable, l’aspect FAIT À MONTRÉAL. Ce qui fait l’ADN de la marque, c’est son processus créatif qui s’exprime « sous la forme d’une chronique onirique qui se définit par son esthétique gothique exotique » et qui fait vivre deux entités opposées à travers les vêtements.

Quel a été ton parcours pour en arriver à créer cette marque?
Après des études en design de mode au Collège LaSalle et à l’école supérieure de mode (UQAM), j’avais envie d’aller travailler à Paris. J’y ai donc fait un stage et j’ai travaillé quelques mois là-bas pour finalement réaliser que j’étais en amour avec Montréal, mais qu’il manquait quelque chose dans la mode montréalaise. C’est là que j’ai décidé de revenir et de créer la marque MARKANTOINE.

MARKANTOINE est une marque engagée (fournisseurs locaux, vêtements écoresponsables et non genrés, etc.). Peux-tu nous expliquer ce qui a motivé ces choix?
La personne que je suis, le milieu dans lequel j’évolue, ainsi que mes convictions me poussent au jour le jour à faire de MARKANTOINE une marque engagée. J’aspire vraiment à développer une industrie à Montréal et à créer de l’emploi. Mon équipe et moi espérons donner confiance aux jeunes designers; leur montrer qu’ils peuvent encore faire leur place dans l’industrie de la mode montréalaise. J’enseigne au Collège LaSalle depuis près de 3 ans et je vois à quel point on a du talent; il suffit de le mettre de l’avant et de s’y intéresser.

MARKANTOINE a noué de nombreux partenariats ces derniers mois, peux-tu nous en dire plus?
En effet, avec les sacs Lambert, les chapeaux Fumile, et les magasins Simons. C’est intéressant de pouvoir créer avec d’autres personnes, et de pouvoir s’associer à d’autres entreprises locales au rayonnement national. C’est certain que cela fait en sorte de faire briller MARKANTOINE à un autre niveau, et cela me permet d’explorer de nouvelles avenues, de nouveaux produits. J’ai déjà hâte aux prochains partenariats!

Parle-nous de ce que représente ce défilé printemps-été 2020 pour toi?
À la suite d’un voyage en Espagne en mai dernier, je suis tombé en amour avec la ville de Barcelone, mais aussi et surtout avec Gaudi. En faisant plus de recherches, je me suis aperçu que Gaudi et moi avions la même source d’inspiration : le biologiste allemand Ernst Haeckel. C’est dans les images de Haeckel que m’est venue l’idée de ma collection, surtout dans les dessins de coquillages. Je trouve qu’il y a quelque chose d’érotique, de ludique dans les traits d’un coquillage, et j’ai voulu mettre en valeur ces notions. C’est également ma dixième collection en quatre ans et demi, ce qui représente plus de 600 morceaux de vêtement différents en tout!

Quelle est la place des médias sociaux dans le rayonnement de ta marque, et pourquoi leur donnes-tu une place centrale?
En tant qu’enfant du millénaire, c’est pour moi une façon facile et gratuite de faire de la publicité et de rejoindre le monde entier. C’est aussi une manière de refléter l’ADN de ma marque, mon univers gothique exotique, par le biais de mes publications et de l’esthétisme de mes comptes.

Les célébrités québécoises sont nombreuses à poser pour toi et à assister à tes défilés. Comment expliques-tu cet engouement?
J’imagine que c’est parce que ma marque les rejoint. Selon moi, elle est accessible, tout en offrant des pièces « fun ». Les artistes québécois de tous âges s’intéressent à ce qui est fait ici. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir du Québec!

As-tu des plans pour l’avenir de la marque dont tu peux nous parler?
Mon équipe et moi allons faire un voyage de prospection en décembre à Paris dans le but de s’exporter à l’international. Comme je suis un homme de projets, je vous réserve plein d’autres surprises pour l’année 2020. Ne manquez pas ça!

Découvrez notre collaboration avec MARKANTOINE et Huawei.

Cliquez ici.

Partager cette histoire